Arrière Université Saumuroise.png

Dossier
Restauration collective

Pôle Universitaire Saumur

Communiqué du 2 novembre 2021

Les étudiants pourront-ils rester à Saumur ?

 

 

Depuis sa création en octobre 2015, deux des axes de travail de l’Université Populaire du Saumurois sont les conditions de vie des jeunes sur le territoire et l'accès d’une alimentation saine pour tous. C’est pourquoi, nous tenons à porter devant l’ensemble de la population une question préoccupante : qui est en charge de l’alimentation des étudiants saumurois ?

 

Voilà presque deux ans, depuis la fermeture du restaurant de Habitat Jeune Saumurois (HJS) qu’ils sont livrés à eux-mêmes comme nous l’avions déjà pointé en février 2020. Le temps des confinements a escamoté le problème, mais depuis septembre, le manque est à nouveau là, criant. 

La Région et l’Agglo ont construit un très beau Pôle Universitaire pour accueillir 700 étudiants (300 sur site, en raison des roulements de stages, etc..) sans lui adjoindre une structure pour la restauration.

 

L’Université d’Angers a externalisé des filières de formation sans y adjoindre les services du CROUS (organisme public en charge des restaurants /cafétérias universitaires entre autres).

Au final, deux mois après la rentrée, les étudiants du nouveau site universitaire se débrouillent comme ils peuvent : deux vendeurs ambulants et quelques distributeurs mécaniques proposent de la restauration rapide (300 gr de pâtes au fromage à 6 €), deux micro-ondes (en attendant les autres) sont mis à disposition dans une petite salle, une plus grande salle est ouverte à 10 mn (ex-école Félix Pauger) entre 12h et 14h pour se poser avec sa gamelle.

 

Cette situation est injuste. Les étudiants saumurois ne sont pas plus fortunés que ceux d’Angers et eux aussi sont privés des petits boulots qui, avant les confinements, leur permettaient de survivre. Nous attirons l’attention sur le fait qu’aucune de ces solutions de dépannage, n’offre un repas au tarif national : 3,30 € pour tous les étudiants de France, 1€ pour les boursiers depuis que la TV a montré les étudiants en masse faire la queue devant les Restos du coeur. 

En République, cela s’appelle une rupture d’égalité.

 

Cette situation est lourde de conséquences. Depuis des années, les enquêtes nationales montrent la tendance des étudiants fauchés à sauter les repas donc, pour calmer la faim, à grignoter trop sucré-trop salé. Qui se nourrit mal détraque sa santé et réduit ses capacités physiques et intellectuelles. Offrir à la jeune génération un repas équilibré à prix abordable est un impératif pour répondre à un besoin primordial. 

À ce jour, le seul espoir d’amélioration repose sur la proposition de l’association Territoire zéro chômeur pour janvier 2022 : un plat chaud, végétarien, pour 3 €. Au-delà de tous les problèmes matériels encore en suspens (où cuisiner, comment acheminer …), cette solution ne satisfait qu’une partie des besoins : elle se limite à 50 portions. Ce chiffre augmentera mais nourrir l’ensemble des étudiants sur site n’est pas possible pour TZC.

 

D’autre part, les chiffres de l’INSEE montrent que Saumur n’arrive pas à retenir ses jeunes (https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-49328#chiffre-cle-1). Avec son nouveau Pôle universitaire, la Collectivité détient un moyen de freiner cette tendance : un restaurant/cafétéria sur le site même des études est le lieu idéal pour développer une vie étudiante. C'est là que les jeunes se rencontrent, c’est là que naissent les initiatives d’animation dont ici ils se plaignent d’être privés.

 

Au vu de tous ces éléments, nous nous inquiétons donc pour le présent comme pour l’avenir du régime alimentaire des étudiants en Saumurois, territoire de la gastronomie et du bien-manger. Quelle instance enfin quelque part, s’emparera de la question et ouvrira la ligne budgétaire nécessaire à la mise en place rapide d’une solution satisfaisante et pérenne au regard des droits à l'égalité, à l’alimentation, à la santé et à l’éducation dans de bonnes conditions ? La réalisation des projets d'agrandissement du Pôle Universitaire ou la cuisine centrale de la ville demande 2 ou 3 ans. Il y a urgence pour une solution de transition, dès maintenant.

 

Monique Tilhou et Claudine Alhinc

Co-présidentes de l'Uni Pop S 

Envoyé à:

  • responsables Education Nationale - Rectorat et CROUS, Université d'Angers, pôle universitaire saumurois-, 

  • élus - locaux, départementaux, députées, groupes régionaux

  • syndicats étudiants

  • étudiants...

  • Courrier de l'Ouest et Saumur Kiosque

SPD - petite affiche 8 octobre 2021.jpg